Masso-kinésithérapie

Le masseur-kinésithérapeute est un professionnel de santé qui intervient tout au long des traitements mais aussi de ses suites. Grâce au toucher et au massage, il agit sur la douleur, les contractures, les cicatrices ou l’œdème. Le toucher n’est jamais neutre, il peut être apaisant, accompagnant ou être un geste de contrôle et de soutien.

Rôle du masseur-kinésithérapeute

Son domaine d’action couvre aussi bien la rééducation que la prévention et la qualité de vie. Il prend en charge les troubles moteurs (perte de force, troubles de l’équilibre pendant ou après les traitements), sensitifs (paresthésie des extrémités pendant chimiothérapie, douleurs), respiratoires (encombrement, troubles de ventilation, essoufflement), neurologiques (hémiplégie, paraplégie…), vasculaires (lymphœdème, drainage lymphatique...), les troubles de la déglutition, et les soins de confort.

Qui prescrit et quand ?

Les séances de kinésithérapie peuvent être prescrites par votre médecin traitant, votre chirurgien ou votre oncologue. La prise en charge sera adaptée à chaque patient en fonction de :

  • sa pathologie,
  • son traitement,
  • son âge,
  • son état physique et mental,
  • ses antécédents médicaux.

Les séances pourront se dérouler aussi bien durant le traitement de la maladie qu’après, à l’hôpital qu’en cabinet libéral ou encore à domicile.

Dans quel cas ?

Dans tous les cas ! Le masseur-kinésithérapeute va vous permettre de prendre des habitudes quotidiennes afin d’adapter votre corps à une activité physique régulière. Une tenue musculaire permet de limiter les douleurs osseuses qui peuvent être provoquées par les traitements ou la maladie, et ainsi limiter la fonte musculaire. Il agira aussi de manière ciblée sur vos douleurs. La liste ci-dessous ne se veut pas exhaustive, le besoin devant être évalué selon les situations individuelles.

Sphère ORL ou maxillo-facial

Après la prise en charge d'un cancer de la sphère ORL ou maxillo-facial (langue, pharynx, larynx, mandibule…), par chirurgie ou par radiothérapie, une rééducation spécifique, peut vous aider à améliorer les symptômes suivants :

  • Troubles de la déglutition, douleurs et/ou difficultés pour avaler la salive, les aliments et les boissons.
  • Cicatrice adhérente limitant les mouvements du cou, de la tête et des membres supérieurs et pouvant se répercuter dans vos mouvements au quotidien.
  • Lymphœdème de la face et/ou du cou
  • Perte de mobilité cervico dorsale associée ou non à des douleurs musculo articulaires.
  • Troubles de l’articulation temporo mandibulaire, notamment les difficultés à l’ouverture, la fermeture de la bouche associée ou non à des douleurs.
  • Paralysie faciale

Vous pouvez trouver un thérapeute spécialisé en rééducation ORL et/ou maxillo-faciale.

Cancer pelvien (vessie, prostate, utérus, rectum, canal anal, etc.)

Après la prise en charge d'un cancer pelvien (vessie, prostate, utérus, rectum, canal anal...) par chirurgie ou radiothérapie, une rééducation spécifique du plancher pelvien, que vous soyez un homme ou une femme, peut vous aider à améliorer les symptômes suivants :

  • Les fuites urinaires et les envies pressantes d'uriner. Les difficultés pour uriner (blocage) sont prises en charge par une éducation aux auto-sondages faite par une infirmière.
  • La constipation, l'incontinence au gaz ou aux matières, les envies pressantes et multiples d'aller à la selle. Cette rééducation pourra aussi être proposée avant d'envisager un rétablissement de continuité si une stomie digestive vous a été posée pour le traitement de votre cancer pour obtenir la meilleure continence possible au moment du geste.
  • Les douleurs au niveau du périnée, associées ou non à des douleurs lors des rapports (la difficulté de pénétration notamment).
  •  Les œdèmes sur la zone opérée ou à distance sur un ou deux membres inférieurs surtout s’il y a une ablation des ganglions lymphatiques 

Vous pouvez trouver un thérapeute spécialisé en rééducation périnéale sur les annuaires des organismes suivants :

Cancer du sein

Dans la prise en charge d’un cancer du sein, le masseur-kinésithérapeute peut vous aider en post opératoire à retrouver une mobilité d’épaule limitée par la chirurgie, à réduire les troubles lymphatiques (œdème de la paroi thoracique, du membre supérieur, cordons axillaires), à traiter une cicatrice douloureuse ou inesthétique et assouplir un « sein dur » notamment après les rayons. C’est aussi un allié important pour préparer vos tissus en vue d’une reconstruction.

Il existe des masseurs-kinésithérapeutes spécialisés dans ce type de prise en charge :

Cancers digestifs

Dans les cancers digestifs, il traite les cicatrices et les adhérences, redonne une souplesse et une mobilité à votre paroi abdominale limitant ainsi les douleurs locales mais aussi dorsales/lombaires ou les troubles du transit.

Cancers pneumologiques

Dans les cancers pneumologiques, il traite les cicatrices et adhérences responsables de déficit de mobilité thoracique et permet ainsi une amélioration de la capacité ventilatoire associée aux autres techniques de kinésithérapie respiratoire.

Dans tous les cas, le masseur-kinésithérapeute participe à votre récupération physique mais aussi morale en vous permettant de retrouver une mobilité dans votre vie et en vous accompagnant dans la reprise de vos activités professionnelles, sportives, sociale…

Contacts
Lydie JACQUOT

Masseur-kinésithérapeute (HDJ Soins de Support / CHU de Besançon)
03.81.21.82.94
Emilie BEY

Cheffe de projets (Soins Oncologiques de Support / RRC oncoBFC)
03.81.53.92.38